Lampe de la semaine : Nipple Light par Naama Arbel


Comment présenter la lampe de cette semaine ? Pour tourner autour du pot, je dirais qu’elle est encore sortie de l’imagination d’un designer israélien, comme beaucoup de lampe de la semaine distinguées dans ces colonnes. Son nom est explicite : Nipple light soit lampe-mamelle ou lampe tétine. Après le post d’hier, qui voyait en Thomas Edison l’inventeur du « gode », 5000K va être estampillé blog pour obsédés. Que voulez-vous, l’audience baisse et le Q fait vendre, alors… Et pourtant, la Nipple Light de Naama Arbel est plus étrange qu’obscène. L’objet est presque informe, en feutre avec une simili-tétine en silicone – une matière mammaire s’il en est, et qui équipe bien de simili-poitrine. Quand on tire sur la tétine la lampe s’allume. Ce qui n’est pas très clair, c’est si il faut garder la tétine en traction pour avoir de la lumière. Voyons tout de suite l’objet

une lampe-sein sans la personne qui va avec

existe en cinq modèles, soit pour tous les goûts.

L’idée d’Arbel était de développer une nouvelle forme d’interaction entre la lumière et l’humain. Voila qui est réussi : le feutre doit renvoyer aux sensations de toucher de l’enfance, et pas à Josef Beuys, Beuys, Beuys (Hommage à Sabrina pleinement justifié par le sujet d’aujourd’hui)

tirez la bobinette etc.

Je découvre la lampe tétine comme un ravi de la crèche. Je viens d’apprendre en allant sur le net que ce type de luminaire est vieux comme mes robes : il semblerait que l’on en aie posé à Chicago pendant des lustres – si j’ose dire – et un dictionnaire en ligne donne cette définition de l’objet :
« Lampe-tétine » Un luminaire en forme de dôme monté en plafonnier qui ressemble à une poitrine de femme avec un téton décoratif en érection. On les trouve souvent par paire dans les maisons des années 80.

façon Larousse illustré, voici l'image accompagnant la définition du mot "nipple light"

Et le même dictionnaire de donner une phrase en exemple, à l’instar du petit robert, qui donne toujours une phrase de grand écrivain pour illustrer ces définitions. Par hasard, je me souviens de la phrase qui accompagnait la définition du mot « Robert », encore un mot d’argot pour désigner le sujet du jour : les seins. Je cite de mémoire « j’aurais pu tombé plus mal. Tu verrais ces roberts : aux pommes ». L’auteur de ces lignes était Jean-Paul Sartre. Je digresse terriblement : voila la phrase du dictionnaire anglophone on line :
« Le salon de mon père est illuminé par deux jeux de luminaire-nichons ». Raffiné.

Pour finir, je vous dirais qu’après la tétine viens l’aréole, et qu’une aréole produit presque de la lumière chez les saints, mais je m’égare, et avant de déraper totalement d’une façon qui m’excluera du monde des humains, je préfère rendre l’antenne en remerciant encore Naama Arbel, et en vos laissant méditer cette réplique des Monty Python « My Nipples explode with delight ». Comprend qui veut, ou comprend qui peut. Il faut vraiment que je vous laisse, mon hovercraft est plein d’anguilles.

le dessin des seins

Via Dezeen.

2 Commentaires

  1. L’audience baisse, ou l’audience baise? Bon, pas très excitant comme nipples, cela dit, et pas très éclairant non plus. mais la lumière n’est pas l’éclairage, ok.

    • 5000k

      Quel mauvais esprit vous anime donc ? Nipple a été posté en septembre dernier, ou l’audience, qui ne faiblit pas, était déjà de 18 millions de pages vues par seconde. Le Q fait vendre, c’est très vrai, mais loin de nous l’idée d’appâter avec ses palnichons…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :