Vendre la lumière à Guayaquil


« Lumière vend » est un des grands slogans de l’éclairagisme. Il nous rappelle que la lumière électrique, qui était au départ un luxe, trouva une de ses premières utilisation dans le commerce – les chocolateries des Champs-Elysées, par exemple, ou la lumière électrique remplaçait avantageusement la lumière au gaz, qui faisait fondre la marchandise. On s’aperçut bien vite que la lumière « boostait » aussi les ventes des produits, d’où le slogan lancé par les syndicats d’éclairage, qui voulaient inciter les commerçants hésitant à opter le plus rapidement possible pour l’éclairage électrique.

magasin ocel« Lumière vend » nous conduit rapidement à « Vend lumière », car comment s’éclairer sans lampes ? Dans les années 30, je m’en souviens très bien, la compagnie de distribution d’électricité parisienne (CPDE) avait commandé à l’architecte Laprade un beau magasin ou l’on rencontrait la lumière. L’OCEL, qui s’appelait.

53d9d07fc07a80d971000390_integral-iluminaci-n-commercial-building-jannina-cabal_12_copy-1000x666 53d9cefac07a80452b0003a1_integral-iluminaci-n-commercial-building-jannina-cabal_2_copy-1000x668

Albert Laprade nous a quitté en 1978, et de toute façon il habitait la France. Deux excellentes raisons qui nous aident à comprendre pourquoi les gérants d’Intégral Illuminacion, n’ont pas fait appel à lui pour concevoir leur nouveau magasin de Guayaquil, la perle du Pacifique, la capitale économique de l’Equateur. Ils ont plutôt confié le projet à Jannina Cabal arquitectos, et bien ils s’en trouvèrent. L’architecture est pensée pour valoriser la lumière artificielle, pour vendre ce fluide immatériel transformé en objet de désir. Deux registres se confondent sur la façade principale : une maille de fer fabricant un volume à facette, déjà spectaculaire en journée, et qui devient magique à la nuit tombé, alors que des barrettes LED RGB font varier sa teinte. S’insère dans cette topographie une vitrine, plate et rectangulaire, comme un tableau, portrait d’un lustre en majesté (rien que ça). La partie bureau, dont on imagine qu’elle abrite la vente mais aussi un bureau de projet, est traité comme une autre vitrine, sur deux étages, un peu en retrait. Un bel ensemble au final

53d9d1bcc07a80595e000374_integral-iluminaci-n-commercial-building-jannina-cabal_23_copy-1000x666 53d9cf5bc07a80d97100038e_integral-iluminaci-n-commercial-building-jannina-cabal_5_copy-666x1000 53d9cf41c07a80d97100038d_integral-iluminaci-n-commercial-building-jannina-cabal_4_copy-666x1000 53d9cf97c07a80595e00036e_integral-iluminaci-n-commercial-building-jannina-cabal_6_copy-666x1000 53d9d0cac07a80452b0003a4_integral-iluminaci-n-commercial-building-jannina-cabal_14_copy-1000x666 53d9d0a1c07a80d971000391_integral-iluminaci-n-commercial-building-jannina-cabal_13_copy-666x1000

Je file, car on m’attend à Guayaquil !

Les images sont de Juan Alberto Andrade

via Archdaily

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :