De la solidité de la lumière


L’artiste Anthony McCall est né à 1946 en Angleterre. Dans les années 70, il s’installe à New York et réalise ses premiers « films de lumière solide », des courts métrages sans autres acteurs que des lignes blanches tracées à la gouache et au stylo bille après la pellicule. Une sorte d’anémic cinéma plastique produit par un travail à même le matériel photosensible, qui n’est pas sans rappeler les rayogrammes, technique modestement baptisé par Man Ray à partir de son propre nom, que Moholy Nagy nommait quand à lui « Cameralose Aufnahme » (prise de vue sans appareil photo).

immaterial_2k

ceci est presque un rayogramme - Moholy-Nagy - Leda and the Swan, 1946 © DACS 2004

Les films of solid light vont prendre une nouvelle ampleur avec l’utilisation conjointe de fumée. Un léger brouillard détourne l’attention du plan de l’écran vers le volume de la salle, et l’espace occupé par le cône de lumière de la projection. Ce sera « line describing a cone », une œuvre projetée en 1973 dans une galerie New Yorkaise. Pour rompre avec la salle de cinéma, tous les sièges avaient été enlevés de la galerie.

Doubing Back Print

Après avoir développé sa série au cours des années 70, McCall tire le rideau et abandonne l’art pour se consacrer au graphisme. Il y revient au débuts des années 2000, alors que son œuvre fait l’objet de plusieurs rétrospectives. Le film 16 mm ou la diapositive sont remplacés avantageusement par des projecteurs numériques, et plusieurs pièces sont exposées à travers le monde. Dernièrement, sont travail à été montré à la Maison Rouge dans le cadre des nuits blanches 2009, ou encore au musée d’art moderne de Stockholm.

LFF4P-Photograph01(col)web
Installation présentée au Hangar de la Biccoca (Milan) en 2009
anthony-mccall-Doubling-Back-2003

anthony-mccall

You and I Horizontal (2006). Installation présentée à lInstitut dArt Contemporain de Villeurbanne, France (2006). Solid light installation. 50-minute cycle in six parts. Computer, computer script, video projector, haze machine. Dimensions variables. Photograph: Blaise Adilon. Courtesy Sean Kelly Gallery, New York.

Un livre présente son parcours, également résumé sur son site web, qui contient la liste de ses expositions.

cover300b
source : Synapict Stimuli

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :