Affinités électriques


Éteinte, c’est une chaise caméléon, qui tente de disparaitre tant bien que mal dans son environnement grâce aux miroirs qui composent son volume. Allumé, c’est un prisme qui tend vers l’infini, une couronne de LED placé en son centre se multipliant à l’infini sur des parois réfléchissantes. Allumée ou éteinte, cette œuvre intitulée « Affinity Chair »  de Ben Alun Jones, n’est pas sans évoquer les prismes de Nicolas Schoeffer, ou plus près de nous le travail d’un Ivan Navarro. Et j’en oublie. Quoi qu’il en soit, je la verrai bien dans la collection 1001 chaises de Vitra, voire en cent-et-unième pièce de la collection 100 chaises bâtardes de Michael Wolf

voir le site de Ben Alun-Jones pour plus d’information sur ses motivations

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :