L’interactivité selon Joshua Kirsch


Moitié lampes, moitié sculptures, les œuvres de l’américain Joshua Kirsch jouent sur l’interactivité. La série Concentricity est constituée de trois pièces munies de manettes permettant au spectateur de piloter l’œuvre et de modifier les lumières lui-même. L’aspect de ces objets évoque l’esthetique de la machine, et n’est pas exempt d’une certaine ironie. C’est un peu une esthétique de l’absurde qui est de nouveau mise en scène ici.

Concentricity 96 comporte 96 LEDs disposées en cercle. Leur allumage par secteur est commandé par une sorte de poignées reliée à une série de pentographes.

Concentricity 80 ne comporte plus que 80 LEDs et ressemble plus au Light-Modulator de Moholy-Nagy. Elle se commande toujours par le même gros interrupteur, relié cette fois au moyen par des tiges métalliques coulissantes.


Dans Concentricity 16, le nombre de LEDs chute à 4×4. Un piston vertical décide de leur allumage


Sources : DesignBoom

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :