Quand Barry Underwood sort du bois


paysage naturel+lumière artificielle = abstraction, c’est un peu l’équation mise en image par le photographe américain Barry Underwood. Comme son confrère Laurent Millet, il construit in situ de petites installations de land-art. Et un peu comme lui, ces installations sont pour lui le moyen d’explorer les questions de l’imagination, de la narration, du potentiel du quotidien. Ce petit théâtre doit faire basculer le paysage dans l’abstrait, ainsi que l’explique Underwood sur son site. La différence entre lui et d’autres photographes c’est qu’il utilise massivement des sources de lumière artificielle.


Source : APhotographyBlog via NotCot

Un commentaire

  1. Pingback: Lightmark/Warren Langley – Par monts et par vaux « 5000k.blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :